Floride #9 – Epcot, le parc du futur de Walt Disney


Nous voilà de retour à Orlando et c’est à Epcot chez Walt Disney World que nous allons passer la journée. Le parc est différent des autres puisqu’il se veut éducatif. Il se divise en deux zones bien distinctes : Future World et World Showcase. Le premier, « le monde du futur », abrite des attractions relatives aux sciences et technologies. Le second, « une vitrine sur le monde », se compose de 11 pavillons présentant la culture, l’histoire, la gastronomie et l’artisanat du pays qu’ils représentent et permet donc de faire le tour du monde en quelques heures. Epcot est en quelques sortes un Futuroscope à l’américaine.

Il n’y a pas beaucoup d’attractions à sensation ici. En effet, il n’y en a que trois, dont une qui est fermée pour maintenance. Il s’agit de Soarin’, une simulation de vol au-dessus de la Californie. On le savait avant de venir mais ça ne nous empêche pas de ressentir de la frustration. Tant pis, on se contentera des deux autres.

On commence la journée avec Mission : SPACE, un simulateur qui nous fait vivre l’expérience d’un entraînement d’astronautes dans le style de la NASA avec un lancement de fusée dans l’espace. On a le choix entre deux files : verte ou orange. La première est moins intense que la seconde puisque cette dernière utilise la centrifugeuse. Devinez laquelle on choisit ? Orange bien sûr ! On s’installe dans nos sièges et face à nous, des sacs à vomi sont à disposition… Hum, ça promet ! C’est parti, on décolle ! Destination : la planète Mars ! Notre voyage dans l’espace dure 6 minutes. Finalement, pas de nausées pour nous mais plutôt une sorte de mal de crâne à certains moments. C’est assez bizarre comme sensation, pour ne pas dire désagréable. On est quand même content que ça se termine.

(crédit photos : disneyworld.disney.go.com)

Direction ensuite Ellen’s Energy Adventure, une attraction de 45 minutes qui nous fait voyager à travers le temps et le subconscient de la comédienne Ellen DeGeneres. Le but est de nous informer sur l’histoire et l’avenir de la production énergétique. Ça a l’air ennuyant ? Eh bien en fait pas du tout car c’est une aventure pleine d’humour avec un petit plus : les sièges de cinéma se transforment en véhicules qui nous emmènent notamment à la rencontre des dinosaures.

(crédit photo : disneyworld.disney.go.com)

Puis c’est au tour de The Seas with Nemo & Friends, un parcours scénique basé sur l’univers du film de Pixar. À bord de notre palourde mobile, on suit Nemo et ses amis à travers le merveilleux monde sous-marin. À la fin de l’attraction, on découvre un aquarium qui nous permet d’admirer les personnages du film dans leur version réelle et autres espèces comme des dauphins. Pour le coup, finies l’immensité et la liberté du grand bleu, le petit poisson clown se retrouve en prison… Un peu incohérent par rapport au film mais bon, les plus petits qui sont les visiteurs principaux ne remarqueront pas ce détail.

Puis, on se dirige vers Living with the Land, un circuit en bateau naviguant à faible allure et ayant pour thème l’agriculture et l’environnement. La première partie du circuit est un parcours scénique où on peut voir la forêt vierge, la savane ou encore des champs agricoles. Pendant la seconde partie, on navigue au milieu des serres où sont présentées les nouvelles technologies de l’agriculture.

(crédit photos : disneyworld.disney.go.com)

On poursuit avec Journey Into Imagination With Figment, un voyage musical à la découverte de l’imagination et des 5 sens, guidé par Figment, un dragon violet espiègle. Une attraction un peu folle qui ravira les plus petits et dont les plus grands ressortiront avec une chanson enfantine dans la tête.

On va ensuite se détendre un petit peu au Disney & Pixar Short Film Festival, un cinéma 4D nous permettant de visionner 3 des plus populaires courts métrages d’animation. Énorme coup de cœur pour « La Luna » qui retrace l’apprentissage insolite d’un jeune garçon découvrant pour la première fois l’étrange travail de son père et de son grand-père. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise. Sachez que ces magnifiques œuvres sont également diffusées à Disneyland Paris depuis juin 2016 au Discoveryland Theatre.

Il est l’heure de manger. On se prend 2 sandwichs avec chips, 2 boissons et 2 muffins pour la modique somme de… 35$ ! Et oui, Disney rime avec « pas bon marché ». Il suffit de regarder le prix du parking pour s’en rendre compte : 20$ !

Bref, passons. Histoire de digérer un petit peu, on décide d’aller créer notre propre roller-coaster virtuel à Sum of all Thrills dans le bâtiment Innoventions. C’est vraiment amusant, on peut ajouter les effets désirés (looping, vrilles…) et choisir la vitesse. Le temps de quelques instants, on se met dans la peau d’un véritable designer. Le petit plus, c’est qu’ensuite, on peut tester notre invention à bord d’un robocoaster (bras articulé) muni d’un écran pour faire comme si on y était. Excellent !

On se dirige ensuite vers Test Track, une attraction présentée par Chevrolet  Il y a 1h d’attente dans la file principale mais seulement 15min en single rider. Le choix est vite fait ! C’est donc séparément que l’on grimpe à bord de notre voiture. Vitesse, freins, virages… Toute une série de tests est effectuée avec le meilleur pour la fin : une piste extérieure sur laquelle on atteint une vitesse de pointe de 65mph. Décoiffant ! L’attraction est très ludique, d’autant plus que l’on peut créer son propre véhicule et voir comment il s’en sort sur le circuit d’essai.

Après ça, on se promène un peu dans le parc car en ce moment, c’est le « International Flower & Garden Festival », un évènement annuel pendant lequel fleurissent de magnifiques topiaires représentant différents personnages du monde de Disney.

On commence à avoir soif. Ça tombe bien, on croise une boutique abritant un trésor : des fontaines de dégustation des sodas du monde. Ça nous rappelle notre expérience dans la boutique Coca-Cola de Las Vegas. Sauf que là, c’est gratuit et en libre-service. Des petits gobelets sont disponibles pour se servir. « Disney » et « gratuit » ne font généralement pas bon ménage alors autant en profiter ! Certains en profitent d’ailleurs un peu trop et remplissent carrément leur propre bouteille.

Bien hydratés, on file refaire un tour de Test Track en utilisant cette fois notre FastPass+. C’est un système qui permet de réserver à l’avance, sans frais supplémentaires, 3 attractions par parc thématique au créneau horaire de notre choix et donc sans file d’attente ou très peu. Oh, encore du gratuit avec Disney, décidemment ! Mais attention, il faut s’y prendre bien à l’avance sur internet car le nombre de FastPass+ est limité et ça part très vite !

On se rend ensuite dans la grosse boule, symbole du parc, qui abrite l’attraction Spaceship Earth. Il s’agit d’un parcours scénique qui nous fait découvrir l’histoire des communications depuis l’âge de pierre jusqu’à l’âge de l’informatique. Plutôt sympa, surtout que la langue française est disponible.

À la fin de l’attraction, on peut répondre à un questionnaire qui nous permet de déterminer à quoi ressemblera notre futur.  Voici un aperçu du nôtre  :

Plutôt pas mal ! 😆

À la sortie de l’attraction se trouve une aire de jeux interactive, de quoi passer un bon moment.

On quitte la partie Future World du parc pour rejoindre World Showcase et ses 11 pays représentés autour d’un immense lac. Vu l’heure, on ne pourra pas tout visiter en profondeur. On commence par le Canada où nous visionnons le film « O Canada ! » montrant les paysages magnifiques de ce pays, de quoi allonger notre liste d’envies de voyage. Petit point négatif à mon sens : on doit rester debout pendant toute la durée du film, soit 14 minutes. Après une journée à crapahuter dans le parc, ce n’est pas terrible.

Puis, c’est au tour de la France où est projeté le film « Impressions de France », censé représenter notre pays. Je dis « censé » car c’est plutôt raté. Alors oui, c’est la France. Mais la France d’autrefois. Le film est trop vieillot. Au moins, on peut cette fois rester assis !

On profite d’être dans notre cher pays pour prendre notre repas du soir dans la boulangerie-pâtisserie du coin. Ça fait du bien de changer un peu des burgers/frites. Au menu : 2 croissants salés + 1 grande boisson + 1 macaron + 1 brioche pour 27$. On s’en sort mieux que ce midi !

On plonge ensuite au cœur du Maroc et de sa médina très réaliste surplombée d’un minaret.

La nuit commence à tomber et les pavillons s’illuminent, rendant l’atmosphère encore plus magique.

En quelques minutes, on se retrouve au Japon. Un torii (portail traditionnel japonais), pieds dans l’eau, annonce l’entrée du pavillon. Une pagode est représentée ainsi qu’un jardin japonais avec son bassin contenant des poissons koï. On visite l’expo « Bijutsu-kan Gallery » basée sur la culture du « kawaii », c’est-à-dire du « mignon ». On y retrouve tout plein d’objets mignons et colorés, des figurines de personnages comme Hello Kitty et les Pokémon, etc…

Après quelques pas, nous voilà en Italie. Et plus précisément dans une minutieuse reconstitution de Venise, ce qui nous rappelle notre escapade de 2013 dans cette merveilleuse ville.

Puis, on entend une douce musique aux tons asiatiques. C’est la Chine. Nous n’avons pas le temps de nous y attarder, dommage.

Direction le Mexique, représenté par une imposante pyramide précolombienne. On se dépayse avec une jolie balade musicale en bateau sur le Rio Grande.

Et voilà, c’est la fin de notre tour du monde en quelques heures et sans le moindre décalage horaire ! Nous avons volontairement zappé certains pavillons par manque de temps. Ce sera l’occasion de revenir !

La nuit est là, les topiaires sont encore plus belles.

 Et pour finir la journée en beauté, rien de tel que l’époustouflant spectacle nocturne « IllumiNations : Reflexions of Earth » qui a lieu sur le lac.

Après en avoir pris plein la vue, il est temps de retourner à l’hôtel. Au final, même s’il n’y a pas beaucoup d’attractions à sensation comme on aime, Epcot est un parc plutôt sympa. La dernière image que nous garderons en mémoire est sa grosse boule joliment illuminée dans la nuit.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>