#1 – San Francisco, nous voilà !


Il est 4h50. On doit embarquer à 6h à l’aéroport de Brest pour rejoindre Paris avant de s’envoler à nouveau en direction de San Francisco. C’est mon père qui nous emmène à l’aéroport, on doit être chez lui pour 5h. Après avoir mis nos bagages dans la voiture, on fait les dernières vérifications : passeports… OK ! – argent… OK ! – permis… ??? Mais où est mon permis ? Si pas de permis, pas de location de voiture et donc pas de voyage ! Gros stress ! Il faut se dépêcher de le retrouver si on veut être à temps à l’aéroport. Je me rappelle l’avoir donné à Sylvain pendant la nuit (on a fait une nuit blanche volontaire pour pouvoir dormir dans l’avion et ainsi limiter les effets du décalage horaire) mais il soutient que non. On retourne dans l’appart pour le fouiller : rien. On retourne fouiller les sacs dans la voiture : rien. Après plusieurs aller-retours entre la voiture et l’appart, on met enfin la main dessus. Je l’avais bien donné à Sylvain en même temps qu’un petit carnet (il n’avait pas vu que mon permis était dans le carnet) qu’il avait mis dans le petit sac à dos dans la voiture ! On l’avait mal fouillé ! Bref, on se dépêche de rejoindre mon père qui commençait à se poser des questions. Mais tout va bien, il habite à 5 minutes de l’aéroport et on avait prévu large sachant que l’aéroport de Brest est petit et qu’à 5h du matin, il n’y a pas foule ! Ce gros coup de stress m’aura quand même valu un état nauséeux jusqu’à l’arrivée à San Francisco…

Après ça, le vol jusqu’à Paris se passe sans encombres. Sylvain arrive même à s’endormir à peine 10 minutes après avoir embarqué ! Après une petite heure de vol, on embarque dans un A380 pour notre plus grand bonheur : sièges confortables et écrans individuels tout neufs avec films, musique, aperçu du paysage via les caméras installées à différents endroits sur l’avion… Bien que je n’arrive pas à m’endormir (mal de dos et bébés qui passent leur temps à pleurer…) – contrairement à Sylvain qui, lui, s’endort n’importe où, dans n’importe quelle position et avec n’importe quel niveau de bruits – les 11h de vol passent relativement vite : film, repas, re-film, re-repas… La nourriture est d’ailleurs plutôt bonne.

 

Par contre, on a quand même un petit coup de stress lors de turbulences anormalement longues qui ont obligé le personnel de bord à arrêter le service en cours, à s’asseoir et à boucler leur ceinture ! Petit coup de stress qui devient grosse inquiétude quand je vois que les hôtesses de l’air ont perdu leur sourire et quand je me rappelle que le commandant de bord avait annoncé un vol calme… Mais heureusement, une dizaine de minutes plus tard, les turbulences s’arrêtent enfin. On atterrit à San Francisco à 13h, heure locale, soit 9h de moins par rapport à la France. Une deuxième après-midi commence !

On récupère nos bagages puis on se rend aux services d’immigration. Avant de partir, j’appréhendais un peu ce passage car Sylvain ne comprend pas l’anglais mais comme on est mariés, on peut passer à deux. La dame est très gentille, très souriante. Prise des empreintes, petite photo et juste deux questions (la raison de notre venue et le nombre de jours sur le territoire) et on obtient le fameux sésame ! Trop fastoche ! :-)

 

Ensuite, le mec de la douane nous demande qui nous sommes l’un par rapport à l’autre et sort une petite blague quand je lui réponds que nous sommes mari et femme (par contre, je ne me rappelle plus de la blague, désolée…). Première rencontre vraiment très sympathique avec les américains. Il nous aura fallu seulement 45 minutes pour passer ces étapes, plutôt pas mal !

On suit ensuite les panneaux pour rejoindre la navette qui nous conduit jusqu’à Dollar, notre loueur de voiture. C’est très bien indiqué, impossible de se perdre. On y est pile à l’heure prévue, soit 14h30. Timing parfait ! Le gars derrière le comptoir est très sympa lui aussi, il nous fait rire en tentant quelques mots de français. En plus, il n’insiste pas quand on refuse les assurances supplémentaires (contrairement à d’autres d’après les carnets de voyages que j’ai lu avant de partir). Contrat en main, on file récupérer la voiture qui nous a été attribuée : une Kia Sportage quasi neuve et très confortable (ça change de notre vieille 306 !). Bon, petite ombre au tableau, on remarque un petit trou sur le pare-choc arrière. On le prend en photo au cas où, histoire d’avoir une preuve si on nous accuse lors de la restitution.

 

Cette photo ne nous aura finalement pas servie. On avait même complètement oublié ce trou car vous verrez plus tard qu’il y avait autre chose qui nous préoccupait au moment où on a rendu le véhicule…

Et voilà, c’est parti, le voyage commence vraiment ! On sort du parking et on se dirige vers le Golden Gate Park. C’est Sylvain le chauffeur. Il ne met pas beaucoup de temps à s’habituer à la voiture car il a déjà conduit des automatiques. Le freinage est juste un peu sec au début ! 😆

Sur la route, on aperçoit à l’horizon les buildings de San Francisco.

 

On est vendredi alors on peut se garer facilement et gratuitement au bord des routes du parc (le week-end, c’est interdit). Autour de nous, des américains font leur jogging (certains même avec leur bébé dans la poussette), d’autre jouent avec leur chien. C’est vraiment comme dans les films. On visite le Japanese Tea Garden qui nous coûte 8$ par personne, nos premiers dollars dépensés ! C’est un jardin japonais très joli et apaisant avec des poissons koï et un drôle de pont. On peut bien en profiter car il n’y a pas grand monde.

 

Après notre promenade, on se dirige vers l’enclos des bisons. Mais pas de chance, ils ne sont pas en liberté du coup c’est à peine si on les aperçoit.

 

Tant pis, on va aller faire les courses pour le dîner car il est déjà 17h et nos estomacs restés à l’heure française réclament à manger ! Une fois ceux-ci remplis, il nous reste un peu de temps pour un petit passage dans les quartiers de Haight-Ashbury et Castro.

Haight-Ashbury est le quartier hippie. C’est là qu’est né le « Summer of Love ». Bâtiments psychédéliques, magasins de déguisements pour adultes, smoke shops… Tout est excentrique ici, y compris les gens ! Je n’ai d’ailleurs pas pris beaucoup de photos car j’étais plus occupée à observer ces gens complètement déjantés dans la rue. Ambiance Peace & Love ! Par contre, certains n’ont pas l’air très fréquentables… On ne traîne pas, on file voir les fameuses jambes qui sortent de la fenêtre de Piedmont Boutique.

 

On arrive ensuite dans Castro, le quartier gay. On le reconnaît par ses drapeaux qui trônent un peu partout. Quartier également très coloré mais qui semble quand même plus « safe » par rapport à Haight-Ashbury. Je ne sais pas si c’est comme ça tout le temps mais aujourd’hui c’est très animé : beaucoup de monde dans les bars, musique forte, ça rit, ça chante… C’est « gay » quoi ! 😉

 

Puis, la fatigue du voyage se faisant ressentir (ça fait presque 48h que je n’ai pas dormi), on décide de remettre au lendemain le coucher de soleil prévu à Twin Peaks et de se rendre directement à l’hôtel. Ayant une voiture, on a choisi de se loger près de l’aéroport, au Days Inn de San Bruno, à 20 minutes du centre de San Francisco. On est content de ce choix et notre porte-monnaie aussi ! En arrivant dans la chambre, une bonne surprise nous attend : un lit énorme et ultra-moelleux ! Le couvre-lit n’est pas très moderne (comme dans la plupart des hôtels d’ailleurs, ils sont fans des p’tites fleurs !) mais on s’en fiche, on va pouvoir passer une bonne nuit réparatrice ! Petit bonus : dans le tiroir de la table de chevet… la Bible ! Plutôt glauque à notre goût ! Et il y en aura une dans quasiment toutes nos chambres d’hôtel… Plus tard, on croisera sur la route un nombre incalculable d’églises, aussi bien dans les grandes villes que dans les petits patelins paumés. Parfois même plusieurs églises côte à côte. C’est là qu’on se rend compte que la religion est très présente dans ce pays et au final la Bible comme livre de chevet ne nous semble plus si glauque que ça.

 

Lire la suite →


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

8 commentaires sur “#1 – San Francisco, nous voilà !