#8 – Valley of Fire & Zion


Après un long check-out, nous voilà partis en direction de Valley of Fire. Bye-bye la foule, nous retrouvons enfin les grands espaces. Nous arrivons dans le parc vers 9h. Nous commençons par aller jeter un coup d’œil à Atlatl Rock et ses pétroglyphes, de petits dessins gravés par les indiens dans la roche. Pour y accéder, un grand escalier métallique. Mieux vaut ne pas avoir le vertige !

 Près du parking, des petits écureuils viennent s’hydrater. Et ils ont tout à fait raison car il fait déjà bien chaud en ce début de matinée.

 On se dirige ensuite du côté de Rainbow Vista où, après une petite marche dans le sable, nous dénichons un joli rocher multicolore.

 Nous rencontrons également la faune locale qui se confond facilement avec des bouts de bois.

 Si vous avez les jambes découvertes, attentions aux petits buissons épineux qui aiment s’y enfoncer… C’est du vécu !

Direction ensuite le point d’intérêt pour lequel nous sommes principalement venus : Fire Wave. Il est accessible via une éprouvante randonnée au beau milieu de nulle part. Heureusement que le sentier est balisé car il est facile de se perdre. La randonnée n’est pas compliquée en elle-même mais marcher dans du sable sous une chaleur écrasante est épuisant.

Après environ 30 minutes de marche, on l’aperçoit enfin, cette magnifique vague de feu…

 Un conseil : garder suffisamment d’eau pour le chemin du retour qui est la partie la plus difficile. On a regagné la voiture juste à temps car je commençais à ressentir les symptômes de la déshydratation…

Notre visite de Valley of Fire s’achève, il est temps de rejoindre le prochain parc national : Zion.

Sur la route, on s’arrête à un Macdonald pour le déjeuner. On décide de tenter le drive… Un échec total ! Soit il y avait un dysfonctionnement, soit ils n’ont rien compris à ce qu’on baragouinait… J’opte plutôt pour la deuxième option ! 😆

Tant pis, on prend nos sandwichs à l’intérieur où il est plus facile de se faire comprendre et on mange dans la voiture. On passe également par une station essence histoire de se réhydrater à l’aide de granités et de sodas XXL qui ne passeraient même pas dans les portes-gobelets de nos voitures françaises…

Arrivés au niveau de Zion, on commence par faire le check-in à notre hôtel, le Quality Inn & Suites Montclair à Springdale. La vue depuis la fenêtre de notre chambre nous donne un petit avant-goût de Zion.

 Lorsque l’on part en direction du parc, le ciel est couvert et l’orage gronde au loin. Ce n’est pas bon signe car nous voulons faire le début de la rando « The Narrows » qui se pratique dans une rivière au milieu de la partie étroite du canyon de Zion. Mais cette rando est dangereuse par temps d’orage car il peut y avoir des « flash floods », ces crues torrentielles qui emportent tout sur leur passage. Un petit point météo au Visitor Center est donc indispensable avant de s’y engager. Et comme nous le pensions, sur le panneau d’information, le risque de flash floods est indiqué comme « probable ». Comme il se fait déjà tard et qu’il y a pas mal de monde qui fait la queue aux guichets, nous ne demandons pas plus d’information et prenons la navette qui mène au début de la rando. Une fois descendus de la navette, pour atteindre les Narrows, nous devons d’abord effectuer une première rando, la « Riverside Walk », qui s’apparente plutôt à une gentille promenade le long de la Virgin river dans un cadre splendide.

 Quand on arrive à l’entrée des Narrows, on voit des gens s’y aventurer. On décide d’y aller aussi mais seulement sur quelques mètres. On enfile nos chaussures aquatiques (mauvais choix, la semelle n’est pas assez épaisse et les cailloux au fond de l’eau font mal aux pieds !) et c’est parti ! Au début, seuls nos pieds sont mouillés mais très vite l’eau nous arrive jusqu’en haut des cuisses. Il faut être prudent, il y a du courant et ça glisse pas mal. Par moment, on en voit certains qui disparaissent d’un coup sous l’eau, se faisant surprendre par la profondeur changeante. Les enfants présents, eux, choisissent la facilité et nagent au lieu de marcher. A un moment, une odeur nauséabonde nous arrive aux narines. On se rend vite compte qu’elle provient du cadavre d’une biche. Je vous passe les détails…

Malgré cet épisode, c’est une rando très sympa à faire, dommage que le temps (durée et météo) ne nous permette pas de continuer davantage. Ce sera pour une prochaine fois !

 Nous rentrons ensuite nous reposer à l’hôtel car la journée de demain risque d’être fatigante avec deux randos au programme !

Lire la suite →

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>